Le petit château, par Jean-Paul Galibert

 

Le petit château, par Jean-Paul Galibert

 

L’objet est très noir, dans mon souvenir. C’est un petit château sculpté par mon grand père dans une racine de buis, le bois dont on fait les pipes. Enfant, c’était un des rares objets qui m’était prêté pour jouer. Mais je devais faire bien attention.

J’en ai su l’histoire bien plus tard. Mon grand père fut de ces soldats qui attendirent en vain l’attaque des italiens. Comment occuper les troupes ? Un lieutenant qui leur avait fait creuser de nombreux trous de défense s’avisa de les leur faire reboucher. Mon grand père refusa. Le gradé ne sortit pas son révolver : il le prit à part, et finit par céder à condition que mon grand père occupe les soldats, et maintienne leur moral.

Alors ils ont refait des murs, des routes, le toit de l’école. J’ai vu les cartes de vœux que mon grand père recevait chaque année de ce petit village de Provence. Et puis il y avait du buis, pour les pauses.

Je ne sais même pas qui dispose aujourd’hui de ce petit château. Cela m’importe peu, car moi j’en conserve le sens : désobéir plutôt que d’obéir à l’absurde. Bâtir plutôt que détruire, avec les mains toujours occupées et l’esprit toujours insoumis.

Publicités

3 réflexions sur “Le petit château, par Jean-Paul Galibert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s