Meuble à étagères, par Nathalie Ferron

C’est un objet recueilli. Il a été abandonné sur un trottoir parisien, parmi d’autres objets, en attendant le passage de la benne à ordures. Il porte les traces d’autres vies : des taches, des coups, des usures. Il ne sera pas poncé, ni vernis ni peint, surtout pas « relooké ». Il nous accompagnera le temps que dureront nos vies, peut-être, avant d’aller habiter un autre lieu. Il a été recueilli, soustrait à l’indifférence, et il a cet air recueilli qu’ont les objets anciens : ils ont l’air d’attendre avec l’infinie patience de ceux qui ne craignent pas le passage du temps ; que leur valeur soit d’échange, d’usage, esthétique ou sentimentale, ils peuvent sûrement compter sur un mortel pour les recueillir. Recueillir un objet peut être une façon de rendre hommage à ceux qui ont vécu avec lui. Pourquoi alors n’ai-je pas recueilli cet autre objet : la photographie en noir et blanc d’un jeune couple, prise dans les années 30 ? Ai-je eu peur de les « prendre en charge » ? Cela signifie-t-il qu’aux autres, je préfère leur présence désincarnée, muette, voire leur nature morte ? C’est décidé, à la prochaine occasion, je commence une collection : portraits photographiques d’inconnus.

Publicités

Une réflexion sur “Meuble à étagères, par Nathalie Ferron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s