La statuette, par Pascale Trück

Cette statuette africaine, dont la coiffe cassée a été recollée plusieurs fois, vient du Togo je crois. Enfant, je pouvais passer des heures à ses côtés. La lumière du matin caressait son épaule, sa joue, et semblait donner vie au joueur de tam-tam, à ses pieds immobiles couverts de poussière. Je voyais peut-être se refléter sous les paupières mi-closes de la statuette les collines, les vallons, la savane arborée. La première fois que je me suis rendue en Afrique – c’était au Zimbabwe en 1990 – j’ai eu le sentiment d’arriver enfin chez moi.

Publicités

Une réflexion sur “La statuette, par Pascale Trück

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s