Polaroïd, par Karine Affortunato

Polaroïd / Supercolor

Boîte noire dans les mains de ma mère, liseré arc-en-ciel sur le côté.

Écrire l’instant.

Naissance de ma sœur, le 31 décembre, Ford Escort rouge.

Des visages avant qu’on les oublie. Comme des malfrats pris sur le fait. Couleurs criardes et mauvais cadre.

Pas d’importation, de pixellisation, de désaturation.

Écrire comme la vie vient sans pouvoir rien y faire.

Une fois. Une chance.

La chimie trace les contours.

Boîte noire que me tendent les mains de ma mère.

Quand, elle ne savait pas, mais je tenais à presque rien.

 A toi. Prends. Ces visages avant qu’on nous oublie. Laisse une trace. Prends, l’alchimie alentour.

Regarde, fais le geste, un souffle peut donner la vie.

Écris la lumière /Photographie.

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Polaroïd, par Karine Affortunato

  1. J’ai toujours rêvé avoir la chance de posséder un Polaroïd ! Surtout qu’une voisine, j’avais quoi ? dix ans, peut-être, nous avait fait croire, à sa sœur Marianne et à moi-même, qu’elle venait de s’offrir un appareil très spécial, de science-fiction, capable de nous montrer instantanément telles que nous serions plus tard. Elle nous a fait poser, près d’un certain arbuste, dans telle position très particulière, a appuyé lentement sur le déclencheur. Elle a compté jusqu’à dix, en soufflant régulièrement sur la boîte noire, bordée d’arc-en-ciel… La photo qui en était sortie, en noir et blanc, représentait j’imagine leur mère, et une amie à elle, adultes, deux « grandes », s’appuyant de la même façon contre un lilas tout fleuri, et portant des robes pas si différentes de celles qui ne nous couvraient pas le genou : « Voilà, vous serez ainsi. » J’ai eu un doute, j’étais déjà trop grande pour me laisser prendre, mais j’aurais aimé que ce fût une vraie machine magique. J’ai hélas depuis perdu de vue et Sylvie et Marianne, les deux voisines, et même Philippe, leur frère, qui me plaisait pourtant bougrement, avec ses attitudes de mauvais garçon, à l’époque ! Aurions-nous vieilli comme sur la photographie ? Impossible à vérifier ! D’ailleurs, entre-temps, l’image ne se serait-elle pas effacée, je ne suis pas sûre que les Polaroïd aient une durée de vie aussi éternelle que les amitiés enfantines !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s