Le livre tout au fond du coffre, par Jean-Paul Galibert

Le hasard … c’est le hasard qui fit qu’une voisine, tellement contente qu’on lui ait gardé son fils, pour remercier mes parents me tendit «un petit cadeau», comme elle disait. Aussitôt, j’imaginai un petit jouet que ma mère m’avait refusé la veille. J’ouvris le paquet, impatient… Hélas, ce n’était qu’un livre ! Et un livre de grand, en plus, avec si peu d’images que je décidai de l’enfouir tout au fond de mon coffre, et de ne l’ouvrir jamais.

De longs mois passèrent, le livre restait enfoui. Je l’entrevoyais parfois et ne l’ouvrais jamais. Oui, mais voilà : je suis fils unique, mon père était ailleurs et ma mère et moi sortions bien peu. Elle voulait bien jouer avec moi, à condition de pouvoir continuer à coudre, sans avoir à me regarder. L’ennui était extrême, lancinant, si fort qu’un jour, je me résignai, la mort dans l’âme, à ouvrir ce maudit livre.

Depuis je n’ai jamais cessé de lire. J’habite parmi les livres, j’en écris, ils occupent tous les recoins de ma vie …  Vers quatorze ans, je reçus de cousins éloignés un grand coffre qui contenait trois cent petits classiques, Larousse ou Vaubourdolle, avec un bref message : « pour Jean-Paul, ces livres que l’on lit avant vingt ans ou qu’on ne lit jamais.». Avais-je le choix? Je les ai tous lus, un à un. Je revois encore les médaillons des couvertures. Et je me souviens très bien de ma fierté quand je m’emparai du dernier livre, tout au fond du coffre : Régnard, Le joueur.

Publicités

5 réflexions sur “Le livre tout au fond du coffre, par Jean-Paul Galibert

  1. Jean-Paul, moi, c’était Tahiti, une seule librairie, et puis, Ping-Pong je crois, un endroit où on louait les livres qu’on rapportait la semaine suivante. Il n’y avait rien d’autre, les livres arrivaient de France avec des mois de retard, et pour les enfants… alors, comme pour toi, la nécessité a fait l’inclination et depuis, je n’ai plus jamais abordé un territoire étranger, familier, différent, sans un livre en passeport et compagnon. Merci à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s