Le galet mémorial (1/2), par Jean-Louis Fischer

La métamorphose du galet en objet mémorial

Un caillou ? Non ! Un galet, mais un galet exceptionnel. Voyez-vous cette tache noire sur la pointe du silex ? Cette noirceur témoigne de l’éruption du Vésuve en l’an 79, et ce galet provient de la plage d’Herculanum de cette époque.
Lors d’un congrès à Naples, je visitais, avec des collègues, les dernières fouilles des archéologues effectuées sur le site d’Herculanum. Cette ville fut enfouie sous plus de vingt mètres à la suite de nuées ardentes. Sur cette plage, jonchée de quelques squelettes, dont celui émouvant d’une femme tenant son enfant serré dans ses bras pour le protéger, des milliers de galets brûlés par les retombées volcaniques.
Seule la face du galet exposée est brûlée, la face côté sol gardant sa couleur naturelle. Curieusement je fus le seul, parmi les visiteurs, à ramasser un galet. Je demandai à un des archéologues responsables du chantier de fouilles si je pouvais conserver ce galet ? Il me donna l’autorisation, et je conserve, sur un rayon de ma bibliothèque, ce caillou, pardon, ce galet, depuis les années 1980. Personne, bien entendu, ne le remarque !
J’aime, de temps en temps, prendre ce galet dans la main : avoir ainsi la sensation de toucher du bout des doigts cette tragédie éruptive maintenant âgée de 2035 ans !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s