Le gravier embryonnaire (2/2), par Jean-Louis Fischer

La métamorphose du gravier en objet embryonnaire

Un galet ? Non ! Un caillou ? Pas mieux ! Un simple gravier ayant subi les injures écrasantes des semelles de milliers de chaussures, sans que personne ne le remarque dans sa position imposée de gravier pour allées de jardins et parcs publics.
Ce granulat de roche pouvait-il m’échapper ? Lui, qui par sa forme devait croiser mon regard, et destiné à se retrouver sur mon bureau comme objet métamorphosé en embryon. Objet rare et unique. Sa circulation veineuse se distingue déjà de sa circulation artérielle ! Objet curieux, impossible ; objet d’un instant, objet éternel digne de sa métamorphose et dans un avenir que je lui souhaite hors semelles !

Publicités

2 réflexions sur “Le gravier embryonnaire (2/2), par Jean-Louis Fischer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s