La boîte de petits poids, par Paul Zeitoun

Elle m’a été offerte par ma grand-mère. Elle avait appartenu à son beau-père qui était bijoutier. Je n’avais vu qu’une seule fois cet arrière-grand-père : il avait la barbe blanche et les moustaches de son époque. Je sais qu’il avait adoré ses petites filles, ma mère et ma tante, quand elles étaient enfants. Elles m’ont dit qu’il avait toujours sur lui un petit bijou à leur offrir quand il rendait visite à mes grands-parents.

J’imagine le trébuchet délicat et précieux avec lequel il pesait les diamants et les bijoux d’or ou d’argent qu’on lui apportait pour les lui vendre. Les pauvres gens espéraient certainement la juste rémunération de leur maigre trésor, sans doute hérité ou offert lui aussi, et dont ils se défaisaient un jour de grand besoin.

Le trébuchet et les poids de la boîte servaient aussi à peser les pièces de monnaie. J’ignore si mon arrière-grand-père les avait utilisés pour cette pratique. Il nous reste des pesées si précises l’expression « en espèces sonnantes et trébuchantes ». Toutefois, mon ancêtre bijoutier n’a pas laissé un héritage qui ait fait l’objet d’un commentaire dans la famille.

Je me suis servi seulement des poids de 20 et 50 g pour contrôler mon pèse-lettre mécanique avant de décider du timbre approprié. Mais, que faire des plus petits, les milligrammes si légers, qu’un souffle emporterait ?

Publicités

2 réflexions sur “La boîte de petits poids, par Paul Zeitoun

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s