Le bâton, par François P.

J’avais  un souvenir très vague et très douloureux. Était-il réel? Longtemps je n’ai pas su.

Je revoyais un bâton bien droit, avec une poignée, je ne sais pas comment on appelle cette extrémité où l’on pose la main.

Je revoyais un bâton qu’on rangeait près de la porte d’entrée, avec les parapluies.

Je me revoyais le regarder en attendant le retour de mon père, lorsque je devais être puni.

Je revoyais la marque sur ma jambe, tellement visible un jour, que mes parents m’ont dispensé d’école, pour que le maître ne sache pas.

Je n’aurais jamais su si ces souvenirs étaient vrais ou faux, j’aurais peut-être fini par croire avoir tout inventé, si je n’avais pas  un jour retrouvé le bâton. C’était tout récemment. Il était dans la cave de mes parents. Je l’ai pris. Je le garde.

Ce fut presque une libération de l’avoir dans la main.

Publicités

2 réflexions sur “Le bâton, par François P.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s