Le crayon noir, par Nathalie Léger-Cresson

En bois bien sûr. Dans une petite classe la maîtresse nous avait expliqué pourquoi il fallait à tout prix éviter à nos crayons de tomber. Elle avait dessiné au tableau un crayon en coupe. Toute la mine était visible et elle pouvait se casser dans une chute du crayon, sans qu’on le sache jusqu’au moment fatidique où dans l’échec du taille- crayon, la brisure secrète apparaîtrait. Choc cognitif ! Je découvrais que L’essentiel est invisible avec les yeux et tout ce qui s’ensuit. Pour moi c’est ordinateur ou crayon noir quand l’écriture a du mal à démarrer. La main appuie, creuse, gribouille, cherche un filon dans la caverne des mots en passant par le bois et la mine du crayon.

Nathalie Léger-Cresson

Une réflexion sur “Le crayon noir, par Nathalie Léger-Cresson

  1. Baudelaire allait au fond de l’Inconnu, Nathalie Léger-Cresson va au fond de la mine pour trouver du nouveau, au fond des cavernes et des grottes ! cf A vous qui avant nous vivez (Éditions des Femmes)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s