Collectionnite, par Garance

Enfant, je me suis lancée dans diverses collections : des classiques fèves à l’indétrônable timbre, en passant par les sophistiquées Polly Pocket. J’ai tour à tour été fabophile, philatéliste et gardienne d’un monde miniature. Si ces collections ont débuté respectivement par la gourmandise, la transmission paternelle et la succession d’anniversaires hauts en cadeaux, il en est une autre amorcée dans la douleur.

En ces temps joyeux de petite enfance, je souriais à pleines dents de lait. Celles-ci, sans doute animées par un solide instinct de survie, campaient là, refusant de laisser place aux suivantes. Face à ce conflit générationnel, il n’y avait pas trente-deux solutions : il fallait serrer la vis à ces irréductibles et solliciter la pince dentaire.

Le professionnel en charge de cette saisie en bonne et due forme éprouva à maintes reprises (huit si je compte sur les doigts de la main, seize si je rajoute la douleur) sa dextérité, alors toute relative à mes yeux larmoyants. Si ces rendez-vous d’usage ont nourri chez moi un ressenti plus que mitigé envers cette haute spécialisation médicale, ils ont été source d’un bonheur plus grand encore.

A chaque dent prélevée, je recevais un pin’s de mon choix. Celui dont je me souviens le plus représente une bouteille de whisky. Sa jolie couleur ambrée a dû avoir raison des convenances. On pourrait dire que cet anesthésiant naturel permit de faire passer la pilule. De stomatophobe je devins philopine. Un mal pour un bien, assurément !

Garance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s