MARINETTE, de Françoise Le Clainche

Objets inanimés, avez-vous une âme qui s’attache à notre âme ?

Marinette est arrivée dans ma vie dans une période troublée – 1943. Elle m’avait été offerte par la voisine qui habitait la maison en face de celle de mes parents. Mon père n’était plus là depuis quelque temps. J’ignorais qu’il venait d’être arrêté par la Gestapo en tant que « terroriste ». C’est ainsi que les Allemands désignaient les Résistants.

Lorsque je l’ai prise dans mes bras pour la première fois, je l’ai aimée à la folie, immédiatement. Sa taille, la douceur et la souplesse de ses membres en tissu, rembourrés de laine, ses yeux bleus et son adorable sourire, qui laissait deviner deux petites dents, lui donnaient l’air d’un véritable petit enfant. Ah, j’oubliais ! Elle se mettait à pleurer lorsque je lui donnais la fessée.

Ma poupée a donc pris la place de la petite sœur que je n’avais pas ou celle de l’animal de compagnie que je n’avais pas non plus. Mes journées ont dès lors été bien remplies : je la langeais, je la promenais dans le jardin dans un berceau à roulettes en rotin, je la berçais, je lui parlais, je lui donnais même le sein ! J’avais 4 ans. Et quand je lui donnais la fessée, elle  pleurait.

Il y a quelques années, dans une brocante dédiée aux jouets, Marinette dans les bras, j’ai appris que c’était une poupée fabriquée en Allemagne dans les années 35-40 à partir de matières peu onéreuses : du carton-pâte pour la tête et les mains, du tissu pour le corps et les membres, et que c’était un modèle apprécié des connaisseurs.  En un éclair, j’ai fait le rapprochement avec la voisine qui hébergeait un Allemand.

Mon père, qui venait d’être arrêté, avait été conduit à la Kommandantur pour être interrogé, puis incarcéré dans l’attente d’un transfert dans l’un des nombreux camps de la mort dont l’existence n’était pas encore connue de la population. Cette poupée avait été donnée à la voisine, pour moi, par cet homme qui avait vraisemblablement été en contact avec mon père et savait le sort qui lui était réservé. Peut-être même avait-il été son bourreau. Aucune autre raison ne peut expliquer ce geste envers la fille de Robert Favrel qui habitait dans la maison en face de celle où il résidait. Je n’ai pas les mots pour traduire la tempête d’émotions que cette révélation déclencha en moi.

Marinette, 77 ans plus tard, est toujours là, à mes côtés, actrice muette et innocente de cet évènement tragique, si douloureux.

Objets inanimés, avez-vous une âme ?

Aujourd’hui, je regarde ma poupée et je sens qu’elle est dépositaire à jamais de l’âme de mon père, de celle de la voisine, de celle de l’Allemand et de la mienne.

Françoise Le Clainche

3 réflexions sur “MARINETTE, de Françoise Le Clainche

  1. Je n’aime pas penser que le donateur allemand a pu être le bourreau de votre père. Peut-être était-il compatissant, touché par la petite fille que vous étiez ? Nous ne le saurons jamais, mais je préfère imaginer que ce monsieur, hébergé par votre voisine, pourrait aussi n’avoir eu aucun lien avec la disparition du papa de la petite fille de quatre ans… Lui-même avait peut-être une fillette quasi orpheline, qui grandissait sans lui, de l’autre côté du Rhin. On peut tout imaginer. Marinette est toujours là, votre texte lui donne plus d’épaisseur qu’une simple image. Et « Robert Favrel » continue à résister, longtemps après. Merci.

  2. Françoise, Nous avons été compagnes de chambre lorsque nous étions Maîtresses d’Internat au lycée Dupuy-Delôme de Lorient et quelques années nous séparant (j’étais la plus jeune) tu étais un modèle pour moi. J’aimais beaucoup l’élégance et la grâce de ta maman qui venait de Vannes te rendre visite. Tu ne m’as jamais parlé de ton histoire tragique et donc de la poupée Marinette. Plus tard, j’ai supposé, en voyant une stèle commémorative en gare S.N.C.F.de Vannes que Mr Robert Favrel était ton père. Cordial souvenir, Odile LE ROUX – DUDKIEWICZ.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s