L’appareil photo, de Louise Desbrusses

Est-ce l’appareil acheté à New-York juste avant la fin du siècle passé ou celui trouvé dans une brocante ? je ne sais pas. Les deux étaient jumeaux. J’en ai donné un à un homme que j’aimais. J’ai gardé l’autre. J’ai oublié comment j’ai découvert ce modèle très particulier : il fait 72 vues verticales sur une pellicule prévue pour 36 vues horizontales. C’était encore le temps de l’argentique, un temps où je jouais avec des appareils simples, pleins de défauts et de particularités, avec le développement, le tirage. Les accidents faisaient partie de la prise de vue. Le numérique est arrivé à un moment où je manquais d’argent pour le développement et le tirage en laboratoire et pour m’équiper d’un nouvel appareil. Et puis je n’avais pas envie de pixels. J’aime la contrainte de la pellicule qui exige présence et concentration. Il y a encore une pellicule dans cet appareil. Je n’ai aucune idée de ce qu’il peut y avoir dessus. Elle est bloquée de toute façon, et l’objectif ne tient plus bien. Il doit laisser passer la lumière. J’ai découvert que l’appareil était cassé quand j’ai voulu l’emporter il y a quelques semaines, avec cette illusion peut-être de retrouver l’ancien plaisir. Je n’ai pas envie de le donner à réparer, ou de le remplacer. J’ai envie de trouver une place dans mon bureau pour ce témoin d’années heureuses. Et peut-être est-ce aussi bien qu’il reste désormais muet.

Louise Desbrusses

http://www.m-e-l.fr/louise-desbrusses,ec,466

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s