Le carnet rose, de Marie Favre

Je ne me rappelle pas de la toute première fois que j’ai écrit dans un journal intime. Je devais avoir aux alentours de huit ans et j’écrivais sûrement des banalités dans un petit carnet rose pailleté avec un cadenas pour l’ouvrir, histoire de faire comme les copines.

Le premier véritable journal intime qui m’a marquée était un petit carnet rose saumon avec un dessin de la tour Eiffel. Quand j’étais plus jeune, j’accompagnais souvent ma mère à Art de Vivre, centre commercial situé à deux pas de là ou j’habitais avec mes parents à l’époque et qui désormais est fermé. J’adorais aller dans la boutique « L’univers du livre », où l’on trouvait un peu de tout et n’importe quoi, des babioles en tout genre et notamment des petits carnets. C’est là que ma mère m’a acheté ce petit carnet rose saumon, qui aujourd’hui est corné, abimé, et dont la couverture est couverte du mot « memories » (je devais sans doute trouver ça original quand j’avais treize ans).

J’avais onze ou douze ans quand j’ai écrit dedans pour la première fois, je ne pense donc pas que ça soit très pertinent d’écrire les premiers mots qu’ils contiennent car il n’y avait au début aucune profondeur ou réflexion. Mais lorsque j’ai écrit ces premiers mots – par ennui dans doute – j’étais loin d’imaginer que ce journal et tous ceux qui ont suivi auraient une telle importance pour moi et une si grande place dans ma vie. De ce carnet j’ai fait mon plus grand ami, mon confident, le compagnon de mes insomnies. Dans la dernière page de ce petit carnet, le 14 janvier 2013, j’ai écrit (avec plus de fautes d’orthographe): « Mais non, je ne peux pas arrêter, pas celui-là, je ne vais pas y arriver, je vais être en deuil, je n’en trouverai jamais un si beau. Enfin si, mais je ne sais pas… Je me suis attachée à lui comme à un être humain, car c’est aussi lui qui m’a sorti de tout ça. Je suis chamboulée. Ce journal est fini; je me sens si mal de te quitter et te remplacer après ces 2 ans, mais j’ai aussi hâte de voir mon évolution d’ici quelques années. Merci énormément. ».

Oui, j’étais un peu dramatique… Mais le fait est qu’à l’époque, le fait d’écrire mes sentiments et mes ressentis sur du papier était déjà extrêmement important pour moi, et j’étais très attachée à ce carnet en particulier. Bien sûr, je ne me mets plus dans un tel état dès que je finis un journal intime… J’en rachète un nouveau, le plus joli possible, et je continue ; ça m’apporte même une certaine satisfaction quand j’en finis un : je tourne la page sur un événement, une période, un moment.

C’est vrai que chacun d’entre eux à ses spécificités. Chacun d’eux correspond à une période de ma vie bien particulière. Celui là par exemple, correspond à ma préadolescence : mes premières sorties entre amis, mes premières cigarettes, mes premiers “flirts” (si l’on peut appeler ça comme ça). Et même si c’est une période de ma vie qui, aujourd’hui, n’a pas une si grande importance à mes yeux que les autres, je suis particulièrement attachée à ce carnet là, car c’est lui qui m’a fait découvrir le bien de l’écriture, c’est lui qui m’a donné goût au fait de me confier à la seule chose qui ne me jugerait pas et ne pourrait donner d’avis sur ce que je ressens.

C’est pourquoi ce petit carnet d’adolescente rose saumon, gribouillé, abîmé, sans aucune valeur et rempli de réflexions parfois complètement farfelues, est l’objet qui, symboliquement, représente le plus pour moi. Lui et l’ensemble de tous ceux qui ont suivi sont comme des meilleurs amis, plus encore, un deuxième Moi ; et c’est une des rares choses qui me rappelle l’amour que je me porte, la force que j’ai, et la manière dont je suis capable de m’épauler moi-même.

 

Marie Favre

 

Une réflexion sur “Le carnet rose, de Marie Favre

  1. Touchant. Savez-vous qu’existe l’APA, l’association pour l’autobiographie, où vous pouvez déposer un double de vos journaux, pour qu’ils soient parfaitement protégés, conservés ? C’est une association dont nous devons l’existence à Philippe Lejeune, « le » spécialiste de l’autobiographie en France.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s